La femme Shakti et mon  chemin de spiritualité.

La lecture de cet ouvrage m’a émue et profondément touché, au-delà de son approche chamanique, il est un pur joyau de sincérité et d’honnêteté. Une femme libre courageuse et  pleine de force, a déposé a travers les pages de cet ouvrage toute sa vie et son chemin spirituel.

C’est pour moi une merveilleuse leçon, et la lecture de ce livre m’a amené à une réflexion profonde et illuminant, un instant de prise de conscience, et de rétrospective sur mon propre chemin spirituel.

Elle a mis en évidence en ce qui me concerne ce que je ressentais pour lesquels  je n’aurais su mettre de mots, alors je vais partager avec vous une petite partie de mon chemin, libre a chacun de se sentir en accord, et ce que j’énonce ici n’engage qu’une vision personnelle, je ne critique aucun courant ou institutions, juste j’émets mes ressenties profonds.

Mon chemin spirituel  dans le monde de l’ésotérisme, et de ses courants, a débuté avec l’approche du paganisme et de ses différentes voies. Il représentait à cette époque de jeunesse l’antichristianisme, non pas dans sa forme de négation, mais dans son opposé, c’est-à-dire  le polythéisme et non le monothéisme, qui représente la pluralité de l’essence divine. Un concept a l’époque relativement  flou mais qui m’interpellais.

J’ai été dès enfant animé d’une foi indescriptible, sur laquelle je pourrais encore difficilement mettre des mots, j’avais une imagination fertile et des parents athées qui ne croyaient en rien, et  qui ne supportaient pas que l on ne soit pas rationnels. Et moi j’avais besoin de croire, de m’émerveiller de prier et de m’en remettre à des forces supérieures. Je passais des longues heures en foret seule, à voyager au gré des images qui défilaient en haut de la colline qui surplombait mon village.

Un jour, j’ai demandé à ma mère de m’apprendre à prier, surprise elle me répondit qu’elle ne pouvait m’apprendre, alors je lui dis je veux aller au catéchisme avec les sœurs. J’ai alors suivi l’enseignement chrétien, fait ma communion…mais au fond de moi, ca ne résonnais pas, je sentais que mon cœur était méfiant, l’histoire  me semblait faussé et truandé. Je ne trouvais pas écho dans cette moralité que je qualifierais aujourd’hui de punissante, qui définit  l’homme à travers des dogmes et règles à respecter, une conduite uniforme et déresponsabilisante, en pardonnant les pèchés (étant enfant cette exercice m’a profondément choqué… je le trouvais immoral).Nous femmes les pecheresses à l'image d'Eve, salie et mis au service d'une société patricarle , se coupant de ses racines.Une vie sur terre , prise comme une punition, avec l'attente d'une mort pour délivrance , dans l'attente d'un paradis;;; ames yeux quelle héresie!!!

Puis les années se sont succédées, déçu, j’ai cessé de prier Dieu. Mais je gardais la foi, en la vie, une philosophie ou l homme avait un libre arbitre, ou nos actes avait un écho,  ils retentissaient et nous revenaient. Je disais souvent « je crois en moi » c’est déjà beaucoup et pourtant qu’elle manque d’honnêteté, car je manquais et manque cruellement de confiance en moi … mais ca c’est un autre sujet J

Toujours est il que j ai ressentie un appel, à l’arrivée de ma fille, de spiritualité, perdue après l’adolescence, comme un chemin suspendu et non terminé.

J’en suis venue au paganisme, et ses courants mais rapidement  les organisations m’ont semblé être très proche pour certaines  de la religion chrétienne, avec un manque d ouverture, et un certain dogmatisme… il fallait souvent avoir une pratique très «  scolaire » l’athamée a tel endroit, la bougie a droite ou a gauche ect…

Et je me suis sentie étouffée, et je me suis dit qu’elle entrave à la liberté, à l’expression et à la créativité !!!Tout cela manquait pour moi cruellement d’authenticité de racines de sauvage et de clan !!!

Et me voilà arrivé …. Enfin cette après midi j’ai réussis à mettre les mots, quelle thérapie, je comprends l’essence de ma quête !!! Je suis intimement liée aux racines, à l’ancien, à la liberté, a la fougue et au vent, à la terre, a notre Déesse Mère !!!

Je suis liée à la religion ancienne, celle qui prône une énergie  source et  féminine dans la pluralité de ses visages. La religion matriarcale, celles des clans de femmes, celles qui les respectaient pour leur essence et leur pouvoir.

Cette essence Déifiée qui trouve écho dans la mythologie, dans l’archéologie et se transpose à nos yeux avec tant de vérité.

J’ai le sentiment en écrivant ses lignes de comprendre que tout le chemin parcouru était voué à la recherche et la compréhension de ce qui vibre en moi depuis l’enfance « la Déesse Mère »

Dans son livre Vicki Noble écrit ce que je ressens, une  vison tellement instinctive et libre de la spiritualité.

Il m’a fallu de nombreuses années pour retrouver le chemin  et encore de nombreuses années avant d’en saisir toutes les possibilités, mais une chose est certaine j’élèverais mes filles et mon fils dans cette éveil au féminin sacré et je partagerais avec qui le veux le chemin de la Déesse Mère.

Ce chemin qui doit être avant tout personnel et unique. Il y a autant de façon de pratiquer de ressentir  que de femmes et d’hommes, à l’image des panthéons et des déesses et dieux qui les animent. Les expériences ne se transposent pas, elles se vivent ; les relations avec la déesse ne se lisent pas elles se resssentent.Il y a une sagesse ancestrale à retrouver, des énergies communes mais tant de manière de les appréhender. Nos énergies se lient, nos volontés se rejoignent pour un but, une prière, un monde meilleur, en féminité, fait de racines et de clan, de partage et de paix.

Faire vivre et survivre la voix de la Déesse, éveiller en chacune de nous le pouvoir féminin, renaitre avec notre nature libre, exempt des lois et volontés d'une société partriarcarle, êtres femmes sauvages et indomptables, pleine de ressource et de vie, pour que la terre ne sombre plus comme c’est le cas depuis 5000ans.